La vie des banques - ARC®

Le groupe Caisse d'Epargne Banques Populaires: tout nouveau tout beau! En est-on bien sûr?

Il ne se passe pas un mois sans que dans les bureaux feutrés des banques se réalisent la fusion par un rachat d'organismes financiers, voir par la disparition de la marque financier pour une absorption et une intégration dans le giron d'une banque de dépôt.

Certains établissements disparaissent purement et simplement ou s'intégre dans une maison mère fille d'une grande banque. BNP Invest immo spécialiste à sa naissance du crédit investissement locatif puis rachetant le financier France d'Abbey National a vu ses bureaux fermés et le personnel (350 )dispersé dans la maison mère.

Un peu d'histoire...

Le 26 février 2009, les groupes Caisse d'épargne et les Banques populaires ont signé un accord en vue de leur rapprochement.

Le 27 février 2009, le Gouvernement a nommé Monsieur François PEROL, Directeur Général de la Banque Fédérale des Banques Populaires et Président du Directoire de la Caisse Nationale des Caisses d'Epargne.

Le 9 mars 2009, Monsieur François TIAHI a été nommé conseiller.

Un certain nombre de lois ont été nécessaires pour la mise en place de la nouvelle entité.

Le 15 avril 2009, le ministre de l'économie a présenté un projet de loi sur le sujet.

La nomination, la création des entités, l'administration, tout cela passe par des projets puis des lois et des décrets.

Le 18 juin 2009, la loi relative à l'organe central des caisses d'épargne et des banques populaires a été promulguée.

Loi n° 2009-715 du 18 juin 2009 "legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020756038"

parue au JO n° 140 du 19 juin 2009

Objet du texte : Le projet de loi se limite aux dispositions permettant la création du nouvel organe central des caisses d'épargne et des banques populaires, le transfert des moyens et du patrimoine nécessaires à l'exercice de ses missions et l'organisation du dialogue social au sein du groupe.

Le soutien financier que l'État apporte au nouveau groupe s'élève au total à plus de 7 milliards d'euros dont 2,05 milliards d'euros apportés par la première tranche de titres lire la suite sur le site du Sénat "senat.fr/dossierleg/pjl08-424.htm"

Cette fusion permet à deux groupes et établissements financiers d'associer leurs profils différents:

Pour les utilisateurs, a priori pas de changement majeur car les deux réseaux resteront identifiables, et séparés.

Mais l'effet de groupe permettra - on l'espère - des gains profitables pour les usagers de ces deux établissements, la crise des liquidités et les déboires de Natixis étant en filigrane.

Voilà un condensé succinct de cette histoire de gros sous, mais comme dans les meilleures séries il y a toujours un rebondissement.

Un risque d'annulation par un référé

Suite à la réunion obligatoire d'un comité d'entreprises du groupe CAISSE D'EPARGNE, certains syndicats ont accepté la fusion.

Le syndicat majoritaire souligne le manque d'information et porte l'affaire devant le tribunal compétent, avec risque pour la direction de revoir sa copie avec les syndicats, les actionnaires voire le gouvernement.

En effet, dans ce monde d'information et de désinformation, on ne va pas toujours à l'essentiel pour observer, respecter toutes les procédures et tous les interlocuteurs et acteurs: qui, pourquoi, comment;

En cause, cette fois, le manque d'information donné aux représentants du personnel. Nos députés ont-ils statué sans information et engagé 7 milliards sans analyse ? Les buts poursuivis par chacun n'étant pas forcément les mêmes, ne faut il pas revoir le calendrier des consultations pour arriver en bon ordre, en temps et en heure pour ne pas mettre la charrue avant les bœufs ?

Par Jean-François Fournier


Jean Francois Fournier - Ancien banquier


Lexique des termes économiques utilisés par l'ARC Rachat de Crédits - Rechercher des articles

Liens - 2 - 3 - immobilier
Régional - professionnels
Refannu - Maxibottin

Nous écrire
W3C | XHTML | CSS | RSS Valide