Quand le bâtiment va, tout va! - ARC®

ou le bon sens près de chez nous où l'on se pose quelques questions

Un brave maçon (pourquoi est-il brave?) maçonne durement pour sa petite entreprise et relance les devis qu'il espère voir transformer en travail.

Il constate que ses clients, en ce moment, ont quelques difficultés avec leurs financements, soit :

Ce maçon se pose des questions:

Pourquoi aider, l'industrie automobile dont la fabrication et les ventes sont faites à l'étranger, et pas les entreprises qui ne partiront pas à l'étranger comme le bâtiment.

L'âge de notre maçon aidant il se pose aussi la question de sa retraite.

Il a cotisé toute sa vie et pensait vendre son affaire pour s'assurer des revenus.

La crise n'aidant pas à la vente, il continue son activité en attendant des jours meilleurs et observe les débats :

Il ne veut pas se mesurer avec les brillants chefs d'entreprises multi-fonctions qui pilotent plusieurs entreprises mondialement connus.

Il se pose également la question:

'pourquoi faut-il leurs tirer les oreilles ' et y ajouter une forte polémique pour qu'ils se rendent compte de l'immense décalage avec la réalité économique quotidienne de 80% de la population, et leurs propres revenus ou retraites.

Il se pose a lui-même quelques questions de fond:

En caricaturant volontiers,

Ses constats:

Un plus grand nombre d'heures de boulot a réaliser, Un travail toujours plus laborieux avec plus de cotisations pour payer le chômage, les assurances professionnelles et les RSI et caisses diverses en hausse,

Un 'travailler plus pour gagner moins'

Une plus grande misère humaine.

Une augmentation du pouvoir de l'argent et des dirigeants.

Face à ces éléments notre maçon à son niveau, il essaye de trouver des palliatifs pour ses clients.

Ses palliatifs et ses suggestions

Ce plan devra intégrer le financement par les banques de tous les acteurs de ce secteurs qui commencent a être sinistrés (architectes, promoteurs, entreprises de gros œuvres, BTP, artisans charpentiers, maçons, plombiers, électriciens, carreleurs, serruriers, et aussi les particuliers)

Conclusion

Quand le bâtiment va tout va! il ne faut pas l'oublier même dans cette période de haute technologie, de haute finance, et de haute stratégie politique.

Par Jean-François Fournier

.


Jean Francois Fournier - Ancien banquier


Lexique des termes économiques utilisés par l'ARC Rachat de Crédits - Rechercher des articles

Liens - 2 - 3 - immobilier
Régional - professionnels
Refannu - Maxibottin

Nous écrire
W3C | XHTML | CSS | RSS Valide