La banque m'a tué ! et elle essaye de faire d'avantage encore - ARC®

Voilà le message qu'un ami très proche, m'a lancé, suite à de gros soucis avec les banques.

Voici son histoire:

Quelque soit ses défauts ne le jugez pas trop vite.

Gestionnaire financier essayant de défendre les utilisateurs contre le système bancaire avec leurs excès que l'on connaît, a pu réussir, avant la crise financière, le sauvetage de nombreuses personnes qui avaient trop de crédits chers.

Mais l'année 2008 a marqué un tournant dans sa vie professionnelle et personnelle.

Les banques ne se prêtent plus entre elles ni aux clients

Face à des banques manquant de trésorerie et qui ont suspendu pour certaines, toutes les études de dossier pendant plus de trois mois, le chiffre d'affaires a chuté des 2/3 chez beaucoup d'intermédiaires financiers et c'est les grands groupes qui renégocient dans leurs fichiers clients leurs propres revolving a 19%.

Mais il est puni par le système deux fois à titre professionnel et a titre personnel et familial.

Investir au moment de la crise

C'est a ce moment qu'il veux parier sur l'avenir mais les banques n'ont pas arrangé les entreprises ni les particuliers sur les financement et les refinancements.

Réduction d'effectifs après réduction de solution financière pour les clients

Il est contraint de licencier la moitié de ses effectifs, et malgré cela va déposer le bilan . A force de combat et au minimum de 260 heures par mois non payées, il a obtenu un délai et un redressement sur 10 ans. Mais la crise des banques due aux erreurs des dirigeants oblige l'ensemble des intervenants a réviser tous les critères d'acceptation.

Situation professionnelle et personnelle intimement liées par le cautionnement.

Cet ami ayant engagé toute ses forces mais aussi ses biens et ceux de sa famille dans le cadre des cautions que les banques savent mettre en place lorsque tout va bien. Attention danger car les engagements pris même sur des sociétés a responsabilité limité retombent sur la tête des gérants mais a titre personnel.

Les banques ont droit à l'erreur pas les petites entreprises et leurs dirigeants.

Malgré des prêts aux Etats et les abandons de créances les banques continuent de gagner de l'argent et souvent a contre-courant des taux pratiqués par la BCE. L'augmentation des taux de crédits immobiliers

Ainsi le principe est simple, il est plus et très facile pour les banques de taxer les pauvres. Pour taxer les riches c'est plus difficile car ils ont tous les moyens de bénéficier des meilleurs taux, des meilleurs juristes, et des meilleurs exonérations de frais. Les pauvres subissent les frais, les condamnations, les frais des condamnations et se font exécuter lorsque tout va mal, avec saisie sur salaire, blocage des comptes, vente aux enchères.

Le combat

Pour revenir à mon ami il se bat contre les banques mutuelles, agricoles, ou populaires ou spécialistes pour essayer de donner une seconde chance aux plus défavorisés, mais comme les cordonniers sont mal chaussés, le financier est au bord des saisies sur les biens de sa famille, sur son salaire qu'il ne touche pas, sur ses biens propres avec les divers tracas juridiques et judiciaire ....

La chute

Il n'a plus la tête a se sauver, lui même connaissant les critères et les objections des banques de rachat et de financement et des banques de dépôt. Comme toute sa situation financière est détériorée elle résonne dans le cercle de famille et chaque échec résonne deux à trois fois dans la tête de mon ami.

Les solutions

Nous cherchons les solutions mais la proximité de pensée de cet ami altère son objectivité voir la notre, et nos recherches de solutions sont handicapées par les décisions de justice pures et dures et dans la défense des intérêts financiers des banques et non des personnes, réduisant les solutions a un nombre très limité d'option.

Quel horizon

Le cri de mon ami résonne comme une impuissance personnelle mais aussi plus globalement dans l'impuissance de la politique ultra libérale, juridique et judiciaire. Même s'il faut le retenir a ne pas faire de bêtise, sa tentation est tellement fortement accumulée depuis plus de 3ans, qu'il n'arrive même pas a exprimer par les mots l'impensable, et l'irréparable voir même de faire un coup d'éclat dans le cadre d'une banque.

Ces banques qui a longueur d'écran de télé disent qu'elles changent et sont les amis des clients pourraient voir des suicides dans leurs effectifs en plus de certains licenciements malgré les milliards de bénéfice , mais aussi certains suicides de clients poussées à bout par l'intolérance, la négation de l'humain des financiers et la justice qui soutient les banques.

Publicité et spectaculaire

Si certaines banques se disant Populaire, ou Mutuelles ou Agricole pour faire croire qu'elles sont à l'écoute des clients ; alors qu'il n'en est rien, il faut que les pauvres payent pour leurs propres erreurs mais aussi pour les conneries des dirigeants qui ont spéculé sur l'économie mettant le monde a feu et a sang.

Voici très résumé la longue conversation avec cet ami. Il est très difficile de faire court lorsqu'il s'agit de désespoir d'une vie de labeur rayé d'un revers de main d'avocat à la solde des banques et qui sont eux certains d'encaisser leurs honoraires quelque soit l'issue du combat du pot de fer contre le pot de terre.

Espérance ?

Espérons que mon ami se sera pas poussé à l'irréparable et au spectaculaire contre les banque ou contre lui même, car malheureusement cela ne changera pas l'esprit des banques, ni l'économie des riches et mettra à mal ses amis et sa famille. Peut être un jour de bonnes nouvelles si quelques bonnes volontés humanisent la finance, en espérant que le pire ne soit pas déjà germé dans la tête de ce financier.

Si vous avez quelques mots de soutien n'hésitez pas a lui envoyez un message. Nous lui transmettrons bien volontiers par mail je.fr.fo@gmail.com.

Par Jean-François Fournier

.


Jean Francois Fournier - Ancien banquier


Lexique des termes économiques utilisés par l'ARC Rachat de Crédits - Rechercher des articles

Liens - 2 - 3 - immobilier
Régional - professionnels
Refannu - Maxibottin

Nous écrire
W3C | XHTML | CSS | RSS Valide